L’amphithéâtre de Québec : ce cadeau empoisonné

Bien qu’il soit dans la controverse actuelle et que l’on en parle tous les jours, je tiens quand même à apporter mon opinion sur le tant désiré Amphithéâtre de Québec. Au départ, il s’agissait d’un Colisée en vue d’une nouvelle équipe de hockey, ce projet emprunte maintenant des nouvelles identités tels qu’« un mandat culturel », « un projet pour les régions », etc.

Mais une question se pose : pourquoi agir avec tant d’empressements ? Sommes-nous dupes à un point tel que nous avons complètement oublié qu’il y a des problèmes à éclaircir ? Tout d’abord, il me semble que la corruption dans la construction devrait être quelque chose à clarifier avant de proclamer de nouveaux projets culturels publics. Bien que nous ne puissions pas cesser les travaux dans le domaine de la construction, il serait quand même sensé de corriger votre plan de match, monsieur Charest. Quand même,  on sait tous qu’une commission d’enquête n’est pas un gain de popularité, contrairement à donner du divertissement aux citoyens. Et cela ne concerne pas qu’un parti politique en particulier, mais bien tous les partis, puisque personne n’a osé se mouiller et s’opposer à ce projet sans besoin urgent.

J’entends déjà les gens dire : « Vous, vous avez eu le Stade Olypmique de Montréal pour les JO de 1976, c’est au tour de Québec d’avoir son propre stade! » Et bien, croyez-le ou non, nous ne sommes pas dans le même contexte pour ces deux projets. La Stade olympique fut un échec au niveau économique, car personne ne savait qu’il y avait de la corruption dans la construction. Personne ne savait que le béton dédié au stade se faisait voler. En plus, ce projet était prévu pour des jeux olympiques, annoncés de façon officielle. Dans le cas de l’Amphithéâtre, tout le monde sait qu’il y a corruption dans la construction, tout le monde sait que l’idée des olympiques à Québec a été refusé pour une deuxième fois et tout le monde ne sait pas s’il va y avoir une équipe de hockey. Est-ce le nouvel éléphant blanc des temps modernes ? Allons-nous construire sur le dos des contribuables, malgré tout ce contexte incertain.

Je l’avoue ne pas être un fan de hockey, mais quand même, il ne faudrait tout de même nous aveuglés avec des gâteries empoisonnées alors que nous savons tous que l’économie est très précaire au Québec. Construire un bâtiment sans avoir besoin clair de sa raison d’être est pour moi un manque de jugement, un simple jeu de gain politique qui va encore une fois, salir la profession des architectes. On ne le se cachera pas, les déboires du Stade olympique ont effrayé la société des projets d’envergures et des projets avec un potentiel de rentabilité plus certain. Son fameux toit n’est pas le choix de l’architecte et malgré ça, c’est lui que l’on pointe du doigt pour cette erreur. Tout comme les plaques de verres dans le Grande Bibliothèque du Québec, dont l’idée d’origine étaient des plaques de cuivres (elles étaient peut-être plus chers, mais au moins, elles ne seraient pas tombées dûs aux changements de températures).

Enfin, peut-être que l’on comprendra lorsque nous serons endettés jusqu’au cou.

Publicités

A propos ChangChang

B.Arts Design de l'environnement M.Architecture
Cet article, publié dans Architecture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s